bzktrails-atlantic-to-pacific

Nous soutenons
En sidecar de Saint-Nazaire à Vladivostok


Marc et François sont cousins. Ensemble, ils se lancent un défi : un road trip en sidecar de plus de 20 000 km pour faire changer le regard sur le handicap. Voici leur histoire.

Chaque aventure nous passionne. Qu'elle soit humaine, solidaire, à l'autre bout du monde ou la porte à côté, qu'elle se fasse à moto où pas, nous aimons les belles histoires. Alors quand Marc et Francois nous ont raconté la leur, forcément, on a vibré. Modestement, nous avons souhaité leur apporter notre soutien. Découvrez Marc & François et leur incroyable projet.

Chapitre 1 : La naissance du projet

<h3> Pouvez-vous nous dire qui vous êtes ?  </h3>
Marc : Nous sommes deux cousins. François à 28 ans, j'en ai 29. Il vit à Angers et moi à Paris. Petits, nous partions en vacances ensemble, nous sommes plutôt proches même si les années d'études et les différents voyages à l'étranger nous ont parfois éloignés. 
François : J’ai eu un grave accident de la route en rentrant de mon job d’été, il y a 5 ans. Je revenais d’un an en Nouvelle Zélande et m'apprêtais à reprendre un master 1 d’économie. Depuis l’accident, je me déplace en fauteuil, j’ai des troubles de la motricité et quelques problèmes d’élocution. C’est vrai qu’avant, j’étais assez actif et plutôt sportif. J’ai ma ceinture noire de judo ! 
La moto c’était un univers que je connaissais peu avant ce projet mais lorsque Jean et Gène d’Alternative sidecar m’ont fait monter dans le panier, j’ai adoré !

Pouvez-vous nous dire qui vous êtes ?

Marc : Nous sommes deux cousins. François à 28 ans, j'en ai 29. Il vit à Angers et moi à Paris. Petits, nous partions en vacances ensemble, nous sommes plutôt proches même si les années d'études et les différents voyages à l'étranger nous ont parfois éloignés.
François : J’ai eu un grave accident de la route en rentrant de mon job d’été, il y a 5 ans. Je revenais d’un an en Nouvelle Zélande et m'apprêtais à reprendre un master 1 d’économie. Depuis l’accident, je me déplace en fauteuil, j’ai des troubles de la motricité et quelques problèmes d’élocution. C’est vrai qu’avant, j’étais assez actif et plutôt sportif. J’ai ma ceinture noire de judo !
La moto c’était un univers que je connaissais peu avant ce projet mais lorsque Jean et Gène d’Alternative sidecar m’ont fait monter dans le panier, j’ai adoré !

Marc : C’est mon père qui m’a transmis la passion de la moto. Il est fan inconditionnel de BMW, il n’a eu que ça toute sa vie. J’ai grandi avec un lobbyiste du flat twin ! Pour autant, j’ai passé mon permis sur le tard, il y a moins de deux ans.
Ma première moto était une Suzuki 125 TS de 1978 que nous avons “sortie d’une grange” ensemble. C’était une super expérience, je ne comprends toujours rien au schéma électrique mais j’ai de petites bases mécaniques ! D’ailleurs ça m’a bien servi puisque mon premier gros cube était une Ténéré 1VJ de 1986 qui ne tournait vraiment pas rond.
Avec la Suzuki, j’ai embarqué ma copine et nous avons relié Hyères depuis Lyon par les petites routes pendant une semaine. Deux ans après, j’ai réussi à lui revendre des vacances d’été sur la Ténéré ! J’étais vraiment mordu et je me suis mis en tête de partir à l’aventure, en solo cette fois.

Marc : C’est mon père qui m’a transmis la passion de la moto. Il est fan inconditionnel de BMW, il n’a eu que ça toute sa vie. J’ai grandi avec un lobbyiste du flat twin ! Pour autant, j’ai passé mon permis sur le tard, il y a moins de deux ans. 
Ma première moto était une Suzuki 125 TS de 1978 que nous avons “sortie d’une grange” ensemble. C’était une super expérience, je ne comprends toujours rien au schéma électrique mais j’ai de petites bases mécaniques ! D’ailleurs ça m’a bien servi puisque mon premier gros cube était une Ténéré 1VJ de 1986 qui ne tournait vraiment pas rond. 
Avec la Suzuki, j’ai embarqué ma copine et nous avons relié Hyères depuis Lyon par les petites routes pendant une semaine. Deux ans après, j’ai réussi à lui revendre des vacances d’été sur la Ténéré ! J’étais vraiment mordu et je me suis mis en tête de partir à l’aventure, en solo cette fois.
<h3> C'est quoi ce projet fou ?  </h3> 
Marc : Comme beaucoup de motards, j’ai lu la plupart des livres de Sylvain Tesson. Le Lac Baïkal a une place particulière dans mon imaginaire et, avant mes trente ans, je voulais me lancer un défi et partir en solo loin. Pendant six mois j’ai préparé ce voyage qui a malheureusement tourné court puisque j’ai pris la route, moto chargée, deux jours avant l’annonce du confinement général en Mars 2020. 
Le Covid ayant bien ralenti mon activité professionnelle (je suis consultant indépendant pour des marques de mode), j’ai créé <a href="https://www.bzktrails.com/"> le site BZK Trails</a> pour partager toutes mes recherches sur la préparation de ce voyage et mes débuts en mécanique. Pendant l’été, puisque ma moto était prête à partir, j’ai fait 14 000 kilomètres jusqu’à la frontière Turque puis en France avec ma Royal Enfield Himalayan.

C'est quoi ce projet fou ?

Marc : Comme beaucoup de motards, j’ai lu la plupart des livres de Sylvain Tesson. Le Lac Baïkal a une place particulière dans mon imaginaire et, avant mes trente ans, je voulais me lancer un défi et partir en solo loin. Pendant six mois j’ai préparé ce voyage qui a malheureusement tourné court puisque j’ai pris la route, moto chargée, deux jours avant l’annonce du confinement général en Mars 2020.
Le Covid ayant bien ralenti mon activité professionnelle (je suis consultant indépendant pour des marques de mode), j’ai créé le site BZK Trails pour partager toutes mes recherches sur la préparation de ce voyage et mes débuts en mécanique. Pendant l’été, puisque ma moto était prête à partir, j’ai fait 14 000 kilomètres jusqu’à la frontière Turque puis en France avec ma Royal Enfield Himalayan.

Sur la route, j’ai lu le livre de Patrick Segal : L'homme qui marchait dans sa tête. Ça a été un vrai déclic pour moi. Le livre m’a fait réaliser que, en tant que proche, j’avais un rôle clé à jouer dans la nouvelle vie de François. Ca peut paraître évident sur le papier mais en réalité, quand tu penses que ton cousin est entre de bonnes mains, tu ne réalises pas que tu peux avoir un rôle moteur qui peut vraiment apporter quelque chose en plus.

Sur la route, j’ai lu le livre de Patrick Segal : L'homme qui marchait dans sa tête. Ça a été un vrai déclic pour moi. Le livre m’a fait réaliser que, en tant que proche, j’avais un rôle clé à jouer dans la nouvelle vie de François. Ca peut paraître évident sur le papier mais en réalité, quand tu penses que ton cousin est entre de bonnes mains, tu ne réalises pas que tu peux avoir un rôle moteur qui peut vraiment apporter quelque chose en plus.
Je voulais montrer à François que, malgré le fauteuil, il pouvait se lancer un défi un peu fou sur le papier. C’était aussi l’occasion pour moi de retenter d’aller au Lac Baïkal. Symboliquement nous avons décidé de pousser un petit peu pour voir le Pacifique. Et tant qu’à faire, en partant de Saint Nazaire, on pourrait relier l’Atlantique au Pacifique. Ça donnait un nom sympa au voyage “ Atlantic to Pacific “.
Avant de lui en parler, j’ai appelé Jean Burdet d’Alternative Sidecar qui m’avait aidé à préparer mon Himalayan pour partir sur la route du Baïkal. Il m’a dit qu’il était partant pour faire un side adapté et tout à commencé comme ça !

Je voulais montrer à François que, malgré le fauteuil, il pouvait se lancer un défi un peu fou sur le papier. C’était aussi l’occasion pour moi de retenter d’aller au Lac Baïkal. Symboliquement nous avons décidé de pousser un petit peu pour voir le Pacifique. Et tant qu’à faire, en partant de Saint Nazaire, on pourrait relier l’Atlantique au Pacifique. Ça donnait un nom sympa au voyage “ Atlantic to Pacific “.
Avant de lui en parler, j’ai appelé Jean Burdet d’Alternative Sidecar qui m’avait aidé à préparer mon Himalayan pour partir sur la route du Baïkal. Il m’a dit qu’il était partant pour faire un side adapté et tout à commencé comme ça !

Pour quand est prévu le grand départ ?

Si tout va bien, nous prévoyons de partir en avril ou mai 2022, destination Vladivostok. Pour le moment, nous tablons sur quatre mois de voyage. Mais nous allons faire un voyage test, sur les conseils de François Castellazzi. C'est est un mec incroyable qui voyage aussi en side-car. Il nous a vraiment beaucoup aidé au tout début du projet. Nous avons donc cherché une destination qui sentait un peu l’aventure tout en restant en Europe. Immédiatement nous avons pensé au Cap Nord. C’est l’occasion de faire une jolie boucle et découvrir des pays où nous ne sommes jamais allés. La plupart des gens parlent anglais. En cas de pépin, on peut rentrer facilement. L’objectif est de partir pendant un mois, à l’été 2021. Retour aux stands ensuite pour adapter éventuellement la nacelle, le matériel et notre organisation quotidienne en préparation du “vrai” voyage.

<h3> Pour quand est prévu le grand départ ? </h3>  
Si tout va bien, nous prévoyons de partir en avril ou mai 2022, destination Vladivostok. Pour le moment, nous tablons sur quatre mois de voyage. Mais nous allons faire un voyage test, sur les conseils de François Castellazzi. C'est est un mec incroyable qui voyage aussi en side-car. Il nous a vraiment beaucoup aidé au tout début du projet. Nous avons donc cherché une destination qui sentait un peu l’aventure tout en restant en Europe. Immédiatement nous avons pensé au Cap Nord. C’est l’occasion de faire une jolie boucle et découvrir des pays où nous ne sommes jamais allés. La plupart des gens parlent anglais. En cas de pépin, on peut rentrer facilement. L’objectif est de partir pendant un mois, à l’été 2021. Retour aux stands ensuite pour adapter éventuellement la nacelle, le matériel et notre organisation quotidienne en préparation du “vrai” voyage.
<h3>Pourquoi Vladivostok comme destination finale ?</h3>
Rien que le nom respire l’aventure ! Comme nous le disions précédemment, c’est avant tout symbolique car cette ville est la porte du pacifique. Il y a aussi un détail logistique important, nous pensons qu’il sera plus facile de faire rapatrier le side-car depuis un port. C’est une pure supposition, si vous avez des contacts ou des conseils sur ce point nous sommes preneurs ! 
Enfin, on ne sait jamais, il sera toujours possible une fois arrivés à Vladivostok de mettre le side sur un cargo en direction de l’Amérique du Nord et peut-être de faire une escale au Japon ...

Pourquoi Vladivostok comme destination finale ?

Rien que le nom respire l’aventure ! Comme nous le disions précédemment, c’est avant tout symbolique car cette ville est la porte du pacifique. Il y a aussi un détail logistique important, nous pensons qu’il sera plus facile de faire rapatrier le side-car depuis un port. C’est une pure supposition, si vous avez des contacts ou des conseils sur ce point nous sommes preneurs !
Enfin, on ne sait jamais, il sera toujours possible une fois arrivés à Vladivostok de mettre le side sur un cargo en direction de l’Amérique du Nord et peut-être de faire une escale au Japon ...

Vous pouvez soutenir le projet de Marc et François ici

A bientôt pour la suite de l'aventure !


Vous avez aimé cet article ?
Partagez le !
Facebook Twitter Email

Articles à la une
Lire l'article
01/10/2021
5 raisons de partir en Tanzanie à moto

Voyager à moto en Tanzanie tient de l’ordre du rêve ! En quête d’aventures sur le continent africain, nous vous emmenons pour un voyage moto d’exception en Royal Enfield Himalayan au milieu de sites naturels époustouflants de la vallée du Grand Rift. Peu d'endroits dans le monde offrent un dépaysement aussi varié et intensément beau. Voilà 5 bonnes raisons de nous suivre sur les pistes secrètes de la Tanzanie à moto.

Lire l'article
Lire l'article
29/06/2021
La Formule Explorateur : qu'est ce que c'est ?

A découvrir exclusivement en Sardaigne, la formule explorateur interroge. Est-ce un voyage guidé ? Les hébergements sont-ils inclus ? Pilote-t-on sa propre moto ? Autant de questions légitimes face à cette nouvelle façon de voyager à moto. Alors aujourd'hui on vous explique tout !

Lire l'article
Lire l'article
16/06/2021
Livre : Le Frisson de la Moto

Nous vous proposons de découvrir le premier livre de notre amie Sophie Squillace. Elle y raconte les joies du voyage à moto, mais aussi les différents états d’âme du pilote - apprentissage, peurs, dépassement de soi, contradictions.

Lire l'article
×
Inscription à la newsletter
Inscription validée

Merci d’avoir souscrit à la newsletter Vintage Rides !

Merci Allez encore plus loin avec Vintage Rides !
Evadez-vous avec
notre dernière vidéo du moment

Retourner sur le site Vintage Rides
Merci pour votre message.
NOTRE ÉQUIPE VA ÉTABLIR VOTRE CARTE CADEAU ET PRENDRA CONTACT AVEC VOUS POUR PROCÉDER AU RÈGLEMENT NOUS RESTONS À VOTRE DISPOSITION POUR TOUTES QUESTIONS AU 04 87 91 31 96
Télécharger le

Merci de compléter les informations suivantes

Vous souhaitez être rappelé(e) ?
Vous souhaitez nous laisser un message ?
Demander des informations

Merci de compléter les informations suivantes

Vous souhaitez être rappelé(e) ?
Vous souhaitez nous laisser un message ?
Je laisse mes coordonnées

Merci de compléter les informations suivantes

Vous souhaitez nous laisser un message ?
Vous souhaitez être rappelé(e) ?
Proposer une date

Merci de compléter les informations suivantes

Vous souhaitez être rappelé(e) ?
Proposez nous vos dates idéales
Télécharger le

Télécharger